Sophrologie et lâcher prise


Le lâcher prise : une expression de plus en plus utilisée dans notre langage courant. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Comment lâcher ? Quoi lâcher ? Pourquoi lâcher ?

La sophrologie par des exercices de détente permet de se poser ici et maintenant, c’est-à-dire de n’être n’y dans le passé, ni dans le futur, mais juste dans le moment présent. Car seul cet instant présent est un moment sur lequel nous pouvons intervenir : «Jette donc tout, ne garde que peu de choses, … Souviens-toi que chacun ne vit que dans l'instant présent, dans le moment ; le reste, c'est le passé ou un obscur avenir. » Marc Aurèle (121 – 180 ap. J.-C.) Empereur stoïcien.

Stoïciens et Epicuriens ont un même objectif : la paix de l’âme.                                                            

Les premiers visaient l’apatheia : l’absence de douleurs ; les seconds visaient l’atharaxie : l’absence de troubles.

Comment ? Epictète (50 – 125 ap. J.-C.)  différencie « les choses qui dépendent de nous  et d’autres qui ne dépendent pas de nous. ». Selon lui, nous pouvons modifier nos jugements, nos désirs, nos pensées, notre volonté. C’est finalement la façon dont nous interprétons et vivons les évènements qui est modifiable…

Lâcher, c’est se positionner maintenant et accepter nos limites d’intervention sur les choses, les personnes qui nous entourent, les situations que présentent la vie…

La sophrologie propose notamment par l’écoute de soi et la perception de ses ressentis, d’être au moment présent. Le mental est donc occupé à cette écoute et se concentre sur le « maintenant ».

Cette capacité de concentration permet un relâchement, un moment de pause : le mental qui fonctionne comme un muscle a besoin aussi de repos. Lâcher c’est donc aussi lâcher ses projections, ses peurs, ses analyses des événements passés, ses interprétations et revenir à maintenant, en se focalisant sur ses ressentis et sa respiration.

Ce n’est pas ne rien faire, car pour lâcher une volonté est nécessaire. Lâcher prise, c’est accepter que je n’ai pas de prise totale sur mon avenir et que je ne peux pas modifier mon passé. Par contre je peux en changer ma perception et me concentrer sur ce que je fais, ce que je dis, ce que je vis maintenant. C’est être à 100% à ce que je fais, avec qui je suis, à ce que je vis, prenant chaque instant l’un après l’autre.

Cet état procure une grande liberté, une tranquillité d’esprit et une capacité à savourer pleinement la vie et ses joies quotidiennes.

Expérimenter le lâcher prise par la sophrologie et cultiver la paix intérieure.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.